TTP_Andy_fr

Bienvenue à l'Ironman !

Pour surmonter un Ironman, il est extrêmement important de réfléchir à la manière de s’alimenter pendant la compétition. Dans ce domaine, voir son plan échouer et de ne pas avoir de plan B peut être rageant ! Andy Raelert, plusieurs fois vainqueur de l'Ironman, en a fait la douloureuse expérience dès le début de sa carrière :

« Lors de mon premier Ironman en novembre 2008 en Arizona, je n'avais absolument aucune expérience. Concernant l'alimentation sur longue distance en particulier, j'étais vraiment inexpérimenté. J'étais très impressionné avant le début de la première épreuve de course à pied. Jusque-là, j'avais l'habitude des distances olympiques, avec une durée de course de deux heures maximum. Là, tu n'as absolument pas le temps de penser à la nourriture, c'est tout à fait autre chose. Donc, je savais bien que pour cette longue épreuve, il me faudrait plus que d'habitude, surtout quand on commence à avoir chaud. J'ai donc établi ma propre stratégie et préparé mes provisions. Après l'épreuve de natation, j'ai enchaîné l'épreuve cycliste hautement motivé. Pour la première petite faim, j'avais prévu une barre énergétique, sans penser que je perdrais dès le départ la nourriture que j'avais soigneusement fixée au vélo. C'est vraiment rageant quand cela t'arrive. Et c'est encore plus rageant lorsqu'on n'a plus de plan B. 

Plein d'assurance et naïf comme je l'étais alors, j'ai essayé de continuer et de me battre en me disant : « Ce n’est pas grave, ça va aller ». J'ai affronté  l'épreuve de cyclisme avec les deux derniers PowerGels qui me restaient. Bien entendu, cela n'a rien arrangé et je l'ai payé à partir du 120e kilomètre. Franchement, c'était vraiment dur. J'ai perdu dix minutes sur les 60 derniers kilomètres du parcours cycliste, et c'est avec ce sentiment que j'ai pris le départ du premier marathon de ma vie de sportif ! Bienvenue à l'Ironman ! J'y suis quand même arrivé comme j'ai pu et vu de l'extérieur soi-disant, cela n'avait pas l'air si grave que cela. Mais je me demandais sans cesse si j'arriverais à franchir la ligne d'arrivée. Le résultat a quand même eu un côté positif. Mon tout premier Ironman m'a permis de réaliser à quel point l'alimentation est importante sur la longue distance.  Quelle bonne leçon !